LE NAIN
Auteur : Marcel Aymé
Conte théâtralisé et mis en musique
par la Cie des Tréteaux du Collet

 
Mise en scène et scénographie 2nids
Interprétation : Anne Coutaudier, Denis Coutaudier
Partition musicale : Pock Eng
 
Ce récit ébauche un des thèmes principaux de Marcel Aymé : une apologie de la marginalité.
Il se classe dans la catégorie appelée réalisme magique ou bien réalisme merveilleux et propose une vision du réel élargie par la prise en considération de la part d’étrangeté, d’irrationalité ou de mystère que l'existence et l'esprit humain recèle.
 
...il n'y rien de vrai dans cette histoire où tout est réel...
 
Piano - Pock Eng

















NOTA BENE : La machine féconde

Ce n'est pas un simple véhicule, ce n'est pas juste un élément du décor de ce « petit cirque de mots ».
C'est une machine féconde, un élément dynamique de la mise en scène, support de tous les imaginaires et de la performance des acteurs qui la mettent en mouvement et l'animent.
Le spectateur se laisse tout de suite entraîner dans le sillage du baudet qui la tracte à hue et à dia sur des chemins d'illusion. Il devine, derrière les blancs rideaux de fines dentelles, le petit lit du nain devenu trop étroit pour loger le grand corps parfait de Valentin et l'immensité de son amour impossible.
Cette petite roulotte, c'est le bon génie qui habite la pièce. Elle lui confère sa force et sa dimension onirique.

 
Marie-Claire Lamoure
 
 

Création 2015

LE NAIN
...c'est un petit cirque de mots, un carrousel d'images vives presque un manège qui tourne des stupéfactions avec des lambeaux  de musique...
Dans un petit cirque de campagne le numéro de Valentin, le nain, est l’un des clous du spectacle. Mais voilà qu’une nuit, il grandit d’un coup et se transforme en un beau jeune homme d’un mètre soixante-quinze. Fou de joie, il va se heurter à la réalité de la normalité.
 
 
Comment aborder cette nouvelle littéraire pour en rendre compte sur le plan dramaturgique...
Dès la première lecture, son fumet fantastique et forain nous a inspiré la conception d'une « machine à raconter ».  Une roulotte tractée par un baudet chantant nous est apparue presque par enchantement. Elle ferait office de castelet, carrousel, boîte à malices, boîte à musique, Deus ex machina, d'où des créatures burlesques et narratives jailliraient successivement pour incarner l'allégorie.  Dès lors, nous voilà plongés dans l'univers des banquistes ou autres « illustres théâtres » : des personnages étranges, surgis des cintres, sont de la parade comme ce vieux garçon de piste loyal et mélomane, ou cette pianiste drolatique jouant à dénouer le destin pathétique du Cirque Barnaboum.
L'équipe des Tréteaux du Collet
 
Et maintenant, abra abra abracadabra ! Place au spectacle ! Ça passe et repasse ! Qui qui l'a vu ? Cet homme qu'un événement extraordinaire a rendu ordinaire ! Répétons-le ; il n'y a rien de vrai dans cette histoire où tout est réel ! C'est un petit cirque de mots, un carrousel d'images vives presque un manège qui tourne des stupéfactions avec des lambeaux  de musique. Ah ! Musique ! Musique ! Ce soir nous ne pouvons pas y échapper.
 
 Représentation sous chapiteau

  Denis Coutaudier LE NAIN Tréteaux du Collet Anne Coutaudier LE NAIN Tréteaux du Collet 
 
     Denis Coutaudier LE NAIN Tréteaux du Collet
         
           Représentation en extérieur
 
       
 

HAUT DE PAGE
<   Page précédente
Page suivante   >